7 mai 2021 Commentaires fermés

Le renforcement de l’Inde

Selon tous les témoignages, comme le Premier ministre Manmohan Singh, le président Barack Obama souhaite renforcer l’Inde et les États-Unis. cravates. Malheureusement, les actions récentes des États-Unis n’ont fait que renforcer le sentiment de beaucoup en Inde que le président accorde une priorité nettement inférieure à l’Inde et aux États-Unis. relations que son prédécesseur, le président George W. Bush. C’est regrettable, car les intérêts américains dans la région s’alignent le plus étroitement avec ceux de l’Inde, du moins dans une perspective à plus long terme. Alors que la Chine se positionne déjà comme une puissance rivale, voire belligérante, et que l’avenir de l’Afghanistan et du Pakistan reste très incertain, l’Inde est une puissance démocratique croissante dont les intérêts nationaux sont mieux servis par le partenariat que par la rivalité avec les États-Unis.
Peut-être que rien n’a donné un signal plus négatif aux Indiens que la récente décision du président de jouer avec les faucons de protection parmi les démocrates et de promulguer un projet de loi de crédits que le Congrès a récemment adopté. Utilisant la nécessité d’augmenter les revenus pour financer une application renforcée à la frontière mexicaine comme excuse, la nouvelle loi augmente les frais de certains titulaires de visa de travailleur temporaire H-1 B et L-1 de 2000 $ ou plus. S’il est douteux que le parti du président fasse des gains importants lors des prochaines élections grâce à la rhétorique protectionniste sous-jacente à la nouvelle loi, les États-Unis ont déjà perdu une bonne volonté considérable en Inde à cause de cela.
Dans le cadre du Cycle d’Uruguay, qui a donné naissance à l’OMC et à l’Accord général sur le commerce des services (AGCS), l’une des petites concessions que l’Inde avait négociées avec succès avec les États-Unis tout en acceptant d’ouvrir son marché des services à la présence commerciale étrangère était un accès garanti pour les 65 000 travailleurs étrangers temporaires sur le marché américain. La nouvelle loi sur les crédits, adoptée sans pratiquement aucun débat ni débat public, oblige les entreprises employant 50 travailleurs ou plus et en ayant 50% ou plus avec le visa H-1 B à payer des frais supplémentaires de 2 250 $ pour les travailleurs venant aux États-Unis. en vertu du visa de transfert intersociétés L-1 et 2 000 $ pour ceux qui entrent sous le visa H-1 B.
À première vue, cette disposition est peut-être conforme à l’engagement de traitement national pris par les États-Unis dans le cadre de l’Accord du Cycle d’Uruguay. Cet engagement interdit aux États-Unis de discriminer en faveur des entreprises américaines en ce qui concerne l’embauche de travailleurs temporaires. Étant donné que la nouvelle disposition s’applique également aux entreprises américaines et étrangères qui emploient 50 travailleurs dont 50% ou plus sont titulaires d’un visa H-1 B, il est évident que l’engagement en matière de traitement national est respecté.
Pourtant, étant donné que l’Inde est peut-être le seul pays dont les entreprises informatiques satisfont au critère déclenchant la redevance plus élevée, la loi a été considérée en Inde presque uniformément comme la ciblant. Même sur le fond, on peut se demander si l’engagement des États-Unis en matière de traitement national est respecté. Les entreprises américaines telles que Microsoft, Apple et Oracle qui emploient des travailleurs étrangers talentueux (souvent formés dans les universités américaines) avec des visas H-1 B ont un accès beaucoup plus facile au visa de résident permanent. Ils sont plus facilement en mesure de déplacer leurs travailleurs H-1 B vers ce visa alternatif et de maintenir la proportion de leurs travailleurs étrangers H-1 B bien en dessous de 50%, échappant ainsi efficacement à la loi.
Dans ses remarques au Sénat avant l’adoption du projet de loi sur la sécurité des frontières, le sénateur Charles Schumer qui a parrainé le projet de loi a déclaré, mais récemment, certaines entreprises ont décidé d’exploiter une faille involontaire dans le programme de visa H-1 B pour utiliser le programme d’une manière que beaucoup au Congrès, y compris moi-même, ne croyons pas conforme à l’intention du programme. » Son message politique sous-jacent est que, grâce à la nouvelle législation, il avait l’intention de combler cette lacune. Si un tel objectif était effectivement atteint et que les entreprises concernées déposaient leurs employés H-1 B sous le seuil de 50, la base même de la législation serait remise en question!
Le but de la loi est d’augmenter les revenus. Si les entreprises modifiaient leur pratique consistant à se fier aux visas H-1 B pour plus de 50 pour cent des travailleurs, aucun revenu supplémentaire ne serait effectivement collecté. Par conséquent, l’affirmation selon laquelle la loi comble une lacune réelle ou imaginaire dans les règles existantes n’est que cela. Son effet réel est de désavantager les entreprises indiennes et de transférer une partie de leurs bénéfices au Trésor américain.
Alors que le président Obama prévoit sa visite en Inde, il est important qu’il reconnaisse l’importance de contenir des mesures qui ont au mieux un faible rendement dans la politique intérieure et garantissent des retombées dans les pays amis. En effet, si la promotion d’une relation chaleureuse avec l’Inde est une priorité absolue, il doit aller un peu plus loin et abandonner la pratique américaine courante d’insister sur la concordance des concessions pour chaque concession que les États-Unis offrent.
À la suite de la visite à la Maison Blanche du Premier ministre Manmohan Singh en novembre dernier, certains membres de l’administration ont signalé que l’Inde n’avait rien apporté à la table pour expliquer l’absence de progrès substantiels en Inde et aux États-Unis. rapports. Cet état d’esprit doit changer. Chaque concession des États-Unis n’a pas besoin d’être immédiatement assortie d’une concession équivalente ou même plus importante, surtout lorsque le joueur à l’autre bout se trouve être encore un pays pauvre et en développement.

En fin de compte, le gain d’une Inde démocratique amicale beaucoup plus forte dans 10 à 20 ans pour relever les défis géopolitiques que posera probablement la montée rapide de la Chine en tant que puissance rivale et les événements défavorables en Afghanistan et au Pakistan l’emportent de loin sur toutes les concessions inégalées les États-Unis pourraient offrir à court terme. Voilà, en résumé, l’approche adoptée par George W. Bush lors de la promotion de son accord de coopération nucléaire avec l’Inde.
Enfin, il ne faut pas oublier que la véritable force de la relation devra découler des contacts d’entreprise à entreprise et de personne à personne. Les gouvernements peuvent renforcer ces contacts en résistant aux impulsions protectionnistes.

Les commentaires sont fermés.

agence-de-communication-dig... |
Agencesereputation |
Depruncom |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | neha24
| Faits divers
| Mulhouse actualités