17 février 2021 Commentaires fermés

Le mouvement de la théorie de Spinoza

Philosophe hollandais d’origine juive, Spinoza reste à peu près le philosophe le plus puissant mais le plus dur de l’école rationaliste. Fortement influencé par Descartes et Euclide, il porte généralement le rationalisme aux conditions extrêmes rationnelles, cherchant à définir les règles de tout programme éthique dans le formatage axiomatique, de manière significative comme Euclide a prouvé ses théorèmes de géométrie. L’ambitieuse entreprise de Spinoza pourrait très bien être l’une des plus grandes. réellement entrepris en vue et c’est un symbole de son efficacité que, dans une mesure considérable, il a été étonnamment efficace dans cette entreprise particulière. À partir de l’Ethica ordineometrico démonstrata postée à titre posthume (l’intégrité exposée dans le get géométrique), Spinoza part des axiomes qu’il prend pour devenir perceptible sur le plan personnel, puis procède, étape par étape, à la déduction des résultats éthiques. Comme Descartes, il est soucieux de fonder des informations sur des bases raisonnables: ses conclusions honnêtes devraient donc d’abord être fondées sur une variété de pensées ontologiques, méta-actuelles, physiques et épistémiques. Chacun de ceux-ci est, par conséquent, présenté dans la conception géométrique. La clé de la philosophie de Spinoza est la pensée, tout comme celle de Parménide, que toutes les choses dans l’univers sont Une. Il n’y a qu’un seul composé et cette sous-posture que nous pouvons facilement concevoir comme parfois Mère nature ou Le seigneur. Ce produit chimique a certainement de nombreuses caractéristiques mais l’humanité, devenant finie, ne peut en comprendre qu’une paire, étendue et considérée. Contrairement à Descartes, qui imaginait que le corps et l’esprit étaient deux types de problèmes distincts, Spinoza soutient que le corps et l’esprit sont simplement des façons différentes de concevoir exactement la même réalité. Cette actualité, Mère Nature ou Le Seigneur, est totalement contenue dans la personne, auto-déclenchée et assez personnelle. Toutes les choses dans l’univers sont une composante de Dieu, et précisément ce qui se produit est vraiment une partie ou une manifestation requise de la nature divine. Le résultat de cette vision panthéiste est généralement de retirer la volonté gratuite de votre champ de pas d’homme. En fait, si les humains font partie de la réalité divine, il n’y a absolument aucun espace pour des activités causales autosuffisantes. Spinoza est plus qu’heureux de cette conclusion, il est un déterministe global: «… l’expérience nous dit clairement que les hommes croient par eux-mêmes être gratuits parce qu’ils sont conscients de leurs activités et inconscients des causes dans lesquelles – par ces mesures sont déterminées; De plus, il est en fait fondamental que ce dictat des pensées ne soit qu’une autre réputation pour les appétits qui diffèrent selon l’état différent de votre corps tout entier.  » Même ainsi, Spinoza a le moyen de faire de la place pour toute forme de liberté , bien que ce ne soit pas nécessairement du genre auquel les philosophes sont généralement habitués. Chaque individu, affirme Spinoza, est en fait une concentration localisée des attributs de la réalité, en réalité un quasi-individu, depuis que la seule personne réelle est le monde dans sa totalité. Dans la mesure où la quasi-personne est gouvernée par ses émotions, elle est non libre et à la merci d’une compréhension finie. Pour être gratuit, le patient doit, au moyen d’une représentation réaliste, comprendre la chaîne causale étendue qui relie presque tout comme vous. Commencer à voir la totalité de l’univers va être libéré, non pas du déterminisme causal, mais de l’ignorance de son caractère exact. Et alors, de la méchanceté, du péché et du satanique?

Les commentaires sont fermés.

agence-de-communication-dig... |
Agencesereputation |
Depruncom |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | neha24
| Faits divers
| Mulhouse actualités